Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Balade à travers l'Histoire avec Michel Rouvère

La Grèce antique (suite)

22 Juin 2023 , Rédigé par Michel Rouvère Publié dans #Athènes, #Grecs, #Le Fléau d'Athènes

Clisthène (fin)

Les Archontes :

L'origine

Aristote explique qu'au début de la vie d'Athènes (dans les temps mythiques des rois), les premiers archontes étaient le roi et le polémarque, puis l'archonte éponyme.

 

L'Archonte-éponyme

L'archonte éponyme, littéralement « l'archonte », sans autre précision : il était chargé de l'administration civile et de la juridiction publique.

Il était le tuteur des veuves et des orphelins et surveillait les litiges familiaux.

Il s'occupait aussi du théâtre en nommant les mécènes et les vainqueurs de tétralogies.

Il donnait son nom à l'année de son archontat.

 

L'Archonte-roi

L'archonte-roi : il était chargé des affaires d'homicide et des crimes d'impiété.

Il lançait les interdits religieux et devait être obligatoirement marié.

Il présidait les cérémonies religieuses.

 

L'Archonte-polémarque

Le polémarque : il était chargé des affaires militaires.

Avec l'importance croissante des stratèges, l'archonte polémarque perdit peu à peu de son importance.

L'archonte polémarque Callimaque, par exemple, fut positionné sur l'aile droite de l'armée grecque à la bataille de Marathon, probablement à titre honorifique, tandis que le stratège Miltiade commandait l'armée.

 

Les Thesmothètes

À une date inconnue, les trois archontes se voient secondés par six thesmothètes, qui sont les gardiens de la législation, ce qui porte le nombre d'archontes à neuf.

Enfin, Clisthène ajouta un secrétaire, chargé de rédiger les avis des neuf autres archontes.

Dès lors, leur nombre est de dix, comme pour les autres magistratures athéniennes.

Avec ce système, seules les catégories les plus aisées étaient représentées.

A suivre...

Vos commentaires sont les bienvenus😃

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article