Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Balade à travers l'Histoire avec Michel Rouvère

La Grèce antique (suite)

18 Mai 2023 , Rédigé par Michel Rouvère Publié dans #Athènes, #Grecs, #Le Fléau d'Athènes

Clisthène (suite)

L'ostracisme (fin) :

La Pnyx

Le résultat du scrutin était proclamé sur la Pnyx.

Si la majorité des six mille suffrages s'était dégagée sur un nom lors du vote, la personne devait quitter la cité dans les dix jours et pour dix ans.

Cette peine demeurait souvent théorique, car beaucoup d'ostracisés étaient rappelés par anticipation.

 

 
La région

À l'origine, l'ostracisé pouvait s'établir où il voulait hors de l'Attique, mais en 480, il lui fut interdit de le faire en deçà du cap Géraistos (Eubée) et du cap Skyllaion, à l'est de l'Argolide, car on craignait qu'un homme influent ne puisse continuer à peser sur la vie publique d'Athènes s'il restait trop près du territoire de la cité.

 

Les Perses

Au point de vue de la politique extérieure d'Athènes, quand la situation présentait un danger, l'intérêt supérieur de la cité commandait d'empêcher que s'installe un dissentiment continuel sur la question de la défense nationale : ce fut le cas face au danger perse.

 

Les navires

À mesure que Thémistocle faisait prévaloir ses vues concernant la nécessité d'une grande flotte capable de résister à celle de Xerxès 1er, ses adversaires, Xanthippos et Aristide le Juste furent ostracisés respectivement en 484 et 483.

 

Xanthippos

L'ostracisme rendait ainsi service à Athènes en mettant fin aux luttes des factions qui risquaient d'entraver le fonctionnement de l'État. L'union sacrée se forma de nouveau en 481, quand un décret d'amnistie annula ces mesures d'ostracisme.

A suivre...

Vos commentaires sont les bienvenus😃

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article