Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Mayas (suite)

Calakmul (suite)

Des marches :

Après 736, la présence de Calakmul sur la scène politique maya déclina. Le nouveau roi soutint la révolte de Quirigua contre son suzerain Copan, allié de Tikal. Pourtant, cela ne changea pas le rapport de forces dans la région. Ici, des marches qui doivent appartenir à un monument non dégagé.

 

Un sacbé :

Huit sacbeob (chemins couverts) comme celui-ci ont été découverts à Calakmul. Ils sillonnaient la ville dans tous les sens et la reliaient à certaines cités vassales. Peu sont encore visibles aujourd’hui.

 

Une stèle :

L’on a dénombré 117 stèles dans Calakmul, dont la plupart sont très abîmées. En général, elles sont appariées deux à deux et représentent le roi et son épouse. Ici, la stèle 89 qui montre le roi Yukno’m Took’ Kawiil’ date du 4 septembre 731. Il est debout sur un prisonnier, ce qui indique sans doute la commémoration d’une victoire. Les noms des deux nobles qui ont offert cette stèle au roi sont gravés sur le côté gauche.

 

Une peinture :

De nombreuses peintures murales ont été découvertes à Calakmul. Ces fresques ne représentent pas les activités de l’élite. Au contraire, elles montrent en détail des scènes de marché avec des personnes qui préparent ou consomment des produits traditionnels tels que l’atole, les tamales, le tabac ou divers onguents. Parmi les articles proposés à la vente on voit aussi des textiles et des aiguilles. Ces peintures murales comportent également des glyphes décrivant les actions illustrées.

 

Un masque :

Dans le sol de l’un des ajouts à la pyramide 2, l’on a découvert une tombe royale datant du VIIe siècle de notre ère. Elle abritait la dépouille du roi Yuknoom Yich’aak K’ak’. Il était accompagné d’un riche trousseau d’offrandes, parmi lesquelles se trouvait ce masque en mosaïque de jade.

A suivre...

Vos commentaires sont les bienvenus😃

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article