Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Artefacts phéniciens (suite)

Une statuette

Découverte à Kerkouane (Tunisie), cette figurine en terre cuite représente un jeune homme allongé sur un lit de banquet, vêtu d’une toge qui a glissé pour révéler son torse. Il est appuyé d’un coude sur des coussins, tandis que son autre bras est relevé au-dessus de la tête. Ce bibelot décoratif ornait peut-être la salle à manger d’une maison, mais il a pu également servir d’objet funéraire.

 

Une stèle

Découverte à Kerkouane, cette stèle en pierre est sculptée pour représenter une niche abritant la statue de Tanit, déesse phénicienne dont le culte était très en vogue à Carthage. Un tel objet était une stèle funéraire pouvant marquer l’emplacement d’une tombe, à moins qu’il n’ait été déposé dans un tophet.

 

Divers objets

Présentés ensemble au musée de Kerkouane, ces deux objets en terre cuite n’ont pas grand-chose en commun. La tête de statuette couronnée et tenant un sceptre pourrait représenter la déesse Déméter, ce que le motif végétal sculpté semble confirmer. La plaque ovale, qui porte en relief la représentation d’un aurige excitant les chevaux de son quadrige, pourrait être une décoration ou un sceau.

 

Une figurine

Découverte à Kerkouane, cette figurine en terre cuite représente le dieu Usor dont l’attribut est un phallus. Il était le dieu qui engendre l’ordre de l’univers. Sa fonction et son attribut ont poussé les Phéniciens à le rapprocher de la divinité égyptienne Ptah qui, lui aussi ouvrait l’œuf du monde pour en faire sortir la terre et le ciel. Dans ce cas-là, il porte le nom de Chusor-Ptah.

 

Des têtes de statuettes

Ces têtes de figurines découvertes à Kerkouane appartenaient sans doute au groupe des divinités appelées Kabirim. Elles étaient au nombre de huit et étaient considérées comme les enfants de Zadyk (la Justice).

A suivre...

Vos commentaires sont les bienvenus  😃

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article