Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vallée des Saints (suite)

Gonery

Au VIe siècle, natif d'Irlande et de naissance distinguée, Gonery débarqua non loin de Vannes, probablement avec sa mère, sainte Eliboubane. Il installa son oratoire à Rohan, où il célébra la messe quotidiennement. Un jour, perdu dans ses oraisons, il n'entendit pas Alvandus, seigneur de Noyal, qui le saluait. Les serviteurs furent chargés de le châtier de cette insolente attitude en le bastonnant. Mais, Dieu punit aussitôt les coupables : l'un devint aveugle, l'autre muet, le troisième eut le cou tordu et le dernier bouche ouverte irrémédiablement. Une prière de Gonery remit les choses en ordre, provoquant la conversion d'Alvandus et l'afflux des pèlerins : ses miracles attirèrent bon nombre de paysans et pêcheurs, ainsi que des gens des villes. On lui demanda de célébrer un mariage. Pour cela, il aménagea des rochers en chapelle. Durant la cérémonie, l'esprit du mal fendit un rocher en deux afin d'écraser tous les participants. D'un geste du saint, le rocher resta suspendu en l'air.

Sa popularité grandissant, Gonery partit vers la paroisse de Plougrescant, construisit un chapelle près de l'île Loaven, où sa mère Eliboubane s'était elle aussi retirée du monde. A la Vallée des Saints, le sculpteur a imaginé, à l'arrière de la statue, Gonery rentrant dans sa chapelle de Plougrescant. C'est donc là qu'il "continua fidèlement sa pénitence et finit heureusement ses jours, on ne sait pas bien quand". Ses reliques y ont été fidèlement conservées et il offre toujours sa protection à la ville. Les malades venaient prier à son tombeau, notamment pour la guérison de la fièvre : il suffisait de prendre un peu de terre bénie, de l'attacher au cou des fiévreux et de la rapporter après guérison, en ex-voto.

 

A suivre...

Vos commentaires sont les bienvenus😃

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article