Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pompéi (suite)

Une boulangerie

Les meules :

Grâce à l’épaisse chape de cendres due à l’éruption du Vésuve, une boulangerie nous est parvenue dans son intégralité. Elle possédait des meules constituées de deux éléments en lave qui tournaient l’un dans l’autre pour moudre le grain. Des esclaves ou des ânes se chargeaient de les faire fonctionner.

 

Un four :

La boulangerie était organisée de façon à coordonner le travail des employés de manière efficace, grâce à ses équipements qui rappellent les boulangeries modernes. L’on y trouvait des comptoirs pour pétrir la pâte, possédant des creux dans lesquels la laisser reposer avant cuisson. Ici, l’un des fours.

 

Un pain :

Dans le four de la boulangerie, l’on a retrouvé 81 pains carbonisés dont la forme correspond à ceux que l’on voit dans les représentations peintes ou sculptées. La vente de ces pains était confiée à des vendeurs ambulants, en complément des boutiques.

 

Le lupanar

L'extérieur :

En général, dans l’empire romain, les maisons de plaisir se situaient à l’étage des auberges et tavernes, mais à Pompéi, il existe un établissement entièrement dédié à la prostitution. Il est placé à l’angle de deux ruelles avec une entrée sur chacune. Une troisième porte donne sur l’escalier qui accède à l’étage.

 

Un lit :

Les chambres du rez-de-chaussée possèdent des lits maçonnés sur lesquels on posait probablement un matelas. Elles s’adressent aux couches sociales défavorisées et même aux esclaves, ce qui explique que leurs tarifs soient bas. Ils pouvaient s’offrir une prostituée pour deux as, soit le prix de deux coupes de vin.

 

A suivre...

Vos commentaires sont les bienvenus😃

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article