Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mont Saint-Michel (suite)

Le cloître

Contrairement à l'habitude, le cloître de l'abbaye n'est pas construit au centre du monastère, mais il est décentré. Dans la galerie sud, face à nous, une porte communique avec l'église, tandis que dans la galerie est, au fond, l'on accède au réfectoire.

 

Dans la galerie ouest, au fond, l'on aperçoit trois arches ouvertes sur la mer et le vide (nous avons admiré la vue la semaine dernière). A l'origine, ces ouvertures devaient permettre d'atteindre la salle capitulaire jamais construite. A cet endroit, l'on aurait dû trouver sur trois niveaux, un tribunal, une infirmerie, et enfin la salle capitulaire.

 

Le réfectoire

Depuis le cloître, nous pénétrons dans le réfectoire. Pour ne pas affaiblir les murs en ouvrant des baies trop larges, l'architecte a choisit de percer une multitude de fenêtres longitudinales séparées par de fines colonnes qui renforcent la structure.

Dans les années 1960, un pavage en terre cuite vernissée et le mobilier ont été réalisés à partir de modèles anciens.

 

Au milieu du mur sud (à notre gauche), un escalier ouvert entre deux colonnettes mène à la chaire dans laquelle, chaque semaine, un moine tiré au sort lisait des textes pieux et édifiants.

 

La salle des hôtes

Située juste au-dessous du réfectoire, la salle des hôtes est formée de deux nefs à croisées d'ogives, séparées par six colonnes.

 

Cette pièce claire et luxueuse était destinée aux hôtes de marque qui bénéficiaient de latrines suspendues, ainsi que d'une double cheminée pour se chauffer.

 

La crypte des gros piliers

Cette église basse située sous le chœur de l'abbatiale est appelée "crypte des gros piliers". Elle fut édifiée pour soutenir le chœur qui s'effondra en 1421, puis fut reconstruite en même temps que lui. Cet espace ne fut jamais consacré au culte.

 

A suivre...

Vos commentaires sont les bienvenus😃

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article